AAA

Wikipédia, projet encyclopédique

Entre succès et débats pasionnés
mardi 11 mars 2008
par  Alain Prevot

Après un dossier sur les encyclopédies sans Wikipédia, nous consacrons aujourd’hui deux pages, rédigées par des wikipédiens et des utilisateurs, à ce projet libre, gratuit, collaboratif. Nous ne voulons certes pas encourager les élèves à centrer encore et toujours leurs recherches sur le duo Google + Wikipédia ! Notre objectif constant est d’aider les collègues à connaître les ressources existantes ainsi que réflexions et discussions concernant leur développement et leur exploitation. Wikipédia fait l’objet de vifs débats avec opposants , utilisateurs critiques… et même entre wikiphiles. Sur le site ADAPT-SNES, vous trouverez des références d’articles argumentés et documentés, de très favorables à très critiques, sur l’utilisation et l’édition de Wikipédia. Transmettez nous vos contributions, nous donnerons une suite à ce dossier et nous ouvrons pour quelques semaines un forum spécifique.

Sur cette page :

| Qu’est-ce que Wikipédia ? | La qualité sur Wikipédia, entre utopie et réalisme |
Quels Wikichantiers dans l’école de demain ? | Un témoignage de professeur | Pour en savoir plus |

size="2">Qu’est ce que Wikipédia ?

“ Le but d’une encyclopédie est de rassembler les connaissances éparses sur la surface de la terre : d’en exposer le système général aux hommes avec qui nous vivons, et de les transmettre aux hommes qui viendront après nous. ”

Denis DIDEROT, 1751

Wikipedia est une encyclopédie numérique ouverte, libre (au sens des logiciels libres ), multilingue, consultable gratuitement sur internet et en évolution permanente grâce à de très nombreux contributeurs bénévoles. Elle se veut une base de tout le savoir humain en construction collective permanente.

Son succès est considérable et sa croissance exponentielle : créée en janvier 2001 par Jimmy Wales, elle est devenue un des 10 sites les plus consultés au monde (200 millions de visiteurs par mois) ; son volume est impressionnant avec 9 millions articles en 250 langues début 2008, la version anglophone en étant à plus de 2 millions ! La version francophone est la 3e avec 600 000 articles répartis entre 400 portails thématiques et rédigés par plus de 100 000 contributeurs.

Les thèmes traités sont bien plus nombreux que ceux d’une encyclopédie traditionnelle (120 000 articles dans Britannica et 30 000 dans l’Universalis) car on trouve, en plus des thèmes académiques, la politique, le sport, les technologies, la « culture populaire »…

Son fonctionnement éditorial, de mode d’élaboration collaboratif, s’appuie sur une technique originale : le « wiki » qui permet non seulement de lire un article mais aussi de le modifier, de connaître l’historique de son développement et de discuter avec les co-auteurs.

Chaque contributeur est tenu de suivre les principes fondateurs pour assurer la bonne tenue de l’ensemble : point de vue « neutre » , bienveillance envers les autres auteurs, citation des sources et respect du droit d’auteur (les articles sont sous licence « libre »). L’absence de validation directe est l’objet de nombreuses critiques : aucune garantie de fiabilité, hétérogénéité, possibilité de manipulations en particulier sur des sujets sensibles. Mais, fin 2005, une étude de la revue scientifique Nature concluait à sa bonne tenue face à la Britannica, référence anglophone .

La réussite exceptionnelle de ce « monument » du savoir et de vulgarisation incite ses supporteurs, malgré la fragilité de financement (dons) de la Wikimedia Foundation, à oeuvrer pour améliorer sa qualité, sa stabilité… et assurer sa pérennité. Vous pouvez les rejoindre !

Philippe Lequesne


<font
color="#000080" size="3" face="Arial">La qualité sur Wikipédia, entre utopie et réalisme

Une des critiques fondamentales concernant Wikipédia concerne sa qualité : son contenu est-il fiable ? Cette question mériterait une exposition plus précise, notamment sur les usages réels d’une encyclopédie (surtout en ligne) et non sur un rôle supposé et en partie fantasmatique. Il reste que la qualité fait l’objet de débats récurrents dans la communauté. La plus importante initiative prise est l’exigence d’indiquer les sources des informations.

Wikipédia 1.0 est organisé, de facto, pour améliorer la qualité. Le but, dans un premier temps, est d’évaluer l’importance et l’avancement des articles (2 valeurs visibles sur la page de discussion de ceux-ci), pour permettre des sélections rapides en vue d’éditions sur papier ou supports numériques du meilleur de Wikipédia. L’évaluation est réalisée par les membres d’un projet thématique (astronomie, math., histoire des sciences, etc.). Même si chaque évaluation peut être discutée (l’importance d’un article dépendant des connaissances de l’évaluateur comme de ses préjugés), c’est un outil efficace pour évaluer l’avancement d’un champ particulier. Une idée souvent évoquée serait, à terme, de disposer pour chaque article de deux versions : la première, visible, serait « validée » par une autorité (dont la nature n’est pas définie), la seconde serait une copie de travail ouverte à tous.

Il ne faut pas se leurrer, au-delà des solutions techniques la qualité ne dépend que de la qualité des participants.

Valérie Chansigaud


<font
color="#000080" size="3" face="Arial">Quels « WikiChantiers » dans l’école de demain ?

Transmettre des savoirs ou construire des connaissances ? Le cœur de l’école semble balancer et la classe, autrefois espace clos et rassurant, devient un espace hybride, dont les frontières avec la vie hors l’école ne sont plus aussi franches. Dans ces espaces éducatifs en recomposition, Wikipédia a un rôle à jouer.

Interdire n’est pas jouer

Un tiers des internautes de France consulte Wikipédia, située vers le 10e rang des sites les plus visités. Interdire son utilisation à l’école, c’est presque s’interdire toute démarche informationnelle critique. Autant interdire tout l’internet !

Les raisons de son succès auprès des élèves ? D’abord, elle est accessible à distance ; un excellent référencement dans les moteurs de recherche et une bonne intégration au navigateur en font un outil éminemment pratique. Ensuite, elle constitue un ensemble organisé de savoirs dont la clôture relative représente un atout, opérant comme un filtre au milieu de la jungle informationnelle du web. Enfin, une encyclopédie qui consacre un article à sa série TV préférée et fournit aussi une biographie de Marivaux en renvoyant sur ses textes dramatiques dans WikiSource, est un outil résolument moderne, qui relie savoirs profanes et savoirs savants, qui reconnaît la dissonance de l’expérience culturelle de l’élève (et la nôtre).

Ouvrir la boîte noire

Promouvoir un usage raisonné de Wikipédia, c’est rappeler qu’une encyclopédie n’est pas une source bibliographique primaire et que le copier-coller n’est pas né avec les supports numériques, loin s’en faut. Comprendre ses potentialités, ses limites, c’est dépasser le discours commun et considérer le « projet », car la qualité du « produit » est forcément paradoxale. Autorisons-nous à jouer les archéologues, à évoluer dans l’univers des mécanismes d’écriture et de régulation et appréhender ce qui se dissimule juste derrière l’article. « Lu dans Wikipédia » ou « vu à la télé » ? Interroger ce qui fait autorité aujourd’hui est au cœur de l’éducation aux médias, voire de la pédagogie. Comparer le traitement d’un sujet polémique dans différents médias contribue à rendre les élèves responsables.

Vers une multitude de « wikipédias »

Comprendre Wikipédia, c’est aussi la situer dans un paysage informationnel plus global. Car ce web 2.0 auquel elle appartient porte la promesse d’un bouleversement culturel à peine esquissé ; celle d’un read & write web où chacun contribue à la création de biens communs informationnels, accessibles à tous et réutilisables : lexique ou encyclopédie spécialisés, cours en ligne, manuel scolaire, recueil de textes du domaine public, etc. Tous ces projets existent déjà, dopés par les évolutions techniques et juridiques et les discours sur la société de l’information. Utiliser des sites participatifs tels que Flickr et YouTube devient banal. Mais partager ses signets, ses photos ou ses vidéos en ligne, est-ce faire oeuvre commune ou juxtaposer de l’information ? Les pratiques contributives de type Wiki sont, elles, tout juste émergentes.

Apprendre à collaborer et à s’adapter

Ces dernières années, les injonctions en faveur d’activités collaboratives ne manquent pas : ECJS, TPE, B2i / C2i, socle commun, etc. Pourtant la collaboration s’accommode mal de la prescription et reste – structurellement ? culturellement ? – peu familière à l’institution. La prise de risques est forte pour l’enseignant, chargé de concilier savoirs et compétences pour préparer les élèves à un monde incertain mais conscient que cette incertitude n’est guère compatible avec la linéarité des programmes...

Mais apprendre est une activité éminemment sociale, non limitée aux frontières physiques et temporelles de la classe. Si l’« école 2.0 », où chacun – enseignant, élève, parent – contribuerait à un vaste mouvement de création de connaissances, n’est pas née, les wikis permettent d’élargir l’espace-temps scolaire et favorisent l’apprentissage collaboratif : un environnement flexible, pour travailler en groupes de taille variable, avec l’assurance inédite que l’activité de chacun est comptabilisée et des mécanismes de régulation transparents, basés sur un continuum d’échanges et des pratiques réflexives.

Des wikis au service de la pédagogie et de la professionnalité

Exposé, dissertation ou contribution à Wikipédia ? L’idée d’en faire un devoir n’est pas très répandue en France, même si l’on sait que l’authenticité du contexte agit comme une source naturelle de motivation. Quelques projets pédagogiques sont inscrits sur Wikipédia et aussi sur Vikidia (pour les 9-13 ans) ; les projet dérivés (magazine Wikijunior et Cahiers de Wikipédia) ne rencontrent guère de succès visible. Mais l’idée progresse : les universités et certaines académies (Strasbourg...) offrent des plateformes wiki à usage professionnel et/ou pédagogique. Le site indépendant Wikiprof gagne en notoriété. Reste à investir un espace pour débattre ensemble des bonnes pratiques...

Laure Endrizzi


<font
color="#000080" size="3" face="Arial">Un témoignage de professeur

Wikipédia est fortement sollicitée au lycée (éducation civique, TPE)… Pourquoi ? Par attrait des élèves pour l’information prédigérée ? N’est-ce pas plutôt pour répondre aux demandes des profs dans une « civilisation du rapport » ? Wikipédia est un outil de vulgarisation et une source d’images (cf. Daumier). Accès libre et gratuit, choix de livres et de sites, les avantages sont connus…

Un cas concret : Théophile Maupas est un des 4 caporaux fusillés à Souain le 17 mars 1915. Blanche, sa veuve, se bat avec énergie et obtient leur réhabilitation en 1934. « L’affaire des caporaux de Souain » est un article bien informé (grâce à l’ouvrage de Jacqueline Lainé) et actualisé (il cite un monument inauguré il y a 1 mois). Les liens renvoient au film Les Sentiers de la Gloire, ils incitent à exploiter le site Mémoire des hommes et replacent cet épisode tragique dans le débat vif entre historiens français : brutalisation consentie ou obéissance sous la contrainte, Cinq deuils de guerre de S. Audoin-Rouzeau ou Fusillés pour l’exemple de N. Offenstadt.

Les médias vilipendent la diffusion d’erreurs, mais négligent l’essentiel : les articles ne sont pas conçus pour un public scolaire, surtout en géographie. En classe, utiliser Wikipédia c’est participer à la formation du jugement, c’est mettre en pratique une lecture distanciée. Certains professeurs utilisent même l’interface wiki pour inciter leurs élèves à écrire, s’entraider, travailler en réseau. En un mot, utiliser le web et Wikipedia n’a jamais empêché de lire et de penser.

Daniel Letouzey


<font
color="#000080" size="3" face="Arial">Pour en savoir plus

La nature même du projet encyclopédique Wikipédia suscite, on s’en doute, autant d’enthousiasme que de méfiance. D’un côté, l’aspect collaboratif, le partage, la réactivité, l’ouverture, etc. De l’autre des compétences variables, une validation complexe, l’anonymat de fait, des articles non structurés par une "point de vue" donc souvent peu synthétiques, la possibilité d’interventions répétées de groupes organisés divers, etc. Qu’on soit plus sensible aux aspects intéressants ou aux limites, l’important est de savoir prendre de la distance. Deux attitudes opposées nous paraissent également maladroites : 1/ constater la part prise par Wikipédia dans le travail documentaire des élèves sans construire une formation à un usage raisonné du Web, 2/ interdire l’accès à Wikipédia (voir à Google), comme cela se pratique parfois, alors qu’on ne peut ignorer que les élèves y accèderont librement et sans aide hors de l’établissement. Pour aider chacun à réfléchir à l’exploitation (ou au refus) de Wikiépdia, nous vous proposons quelques lectures et vous pouvez participer au forum ADAPT lié à cet article ( forum prévu jusqu’en juin 2008).

Sur le Web :

- Wikipedia par lui-même fr.wikipedia.org/wiki/Wikipedia

- Revue de presse sur le site wikipedia.org

- Wikipedia en débats sur le site CiloWeb-Historiens -Géographes : avec des extraits et des liens vers des analyses concluant sur des prises de positions variées.

- Tout un dossier sur SAVOIRS CDI au Centre National de Documentation Pédagogique

- A l’Institut National de Recherche Pédagogique (INRP) : étude de Wikipédia dans les pages sur les ressources encyclopédiques ou Ressources sur les usages des wikis dans la co-construction des savoirs

- Article d’Eric Bruillard, « Wikipédia : la rejeter ou la domestiquer ? » paru dans Médialog, mars 2007,, sur le site de l’Ecole Normale Spérieure de Cachan. Medialog est la revue de groupe TICE de l’académie de Créteil.

- Article d’Olivier Ertzscheid, « Articles taggés Wikipedia » sur le blog Affordance

- Article de Christian Vandendorpe, Université d’Ottawa, « Le phénomène Wikipédia : une utopie en marche » , paru dans Le Débat, n°148, janv-fév 2008

- Article dans dans Internet actu (FING), "Ecole 2.0"

- Observatoire de wikipedia, blog d’un professeur de philosophie wikipedia.un.mythe qui explique pourquoi l’écriture collective d’anonymes non qualifiés ne peut produire une encyclopédie et pourquoi la "neutralité" est un mauvais principe.

- Pour mesurer la nécessité d’une formation à la recherche documentaire : "La lecture des jeunes à l’écran n’apparait très efficace. Le rapport présente les résultats d’une enquête sur la façon dont les jeunes naviguent sur le Web et s’y informent sans beaucoup d’esprit critique

Dans la presse écrite

- Anaïg Mahé, « Peut-on se fier à Wikipedia ? », Pour la Science, octobre 2007.

- Le numéro 148 de Le Débat avec 2 articles contradictoires, l’un très critique de Pierre Assouline, l’autre favorable
de Christian Vandendorpe.

- Article de Nathalie Savary, sociologue, "Wikipédia, un modèle", Chaiers Pédagogiques, numéro 457, novembre 2007.

- Voir aussi les liens vers de tels articles disponibles sur le Web : Le Débat, Médialog, etc.

Des livres

- Sébastien Blondeel, Wikipedia : comprendre et participer, éd. Eyrolles, avril 2006.

- 5 auteurs, dir. Pierre Assouline, La Révolution Wikipédia - Les encycloépdies vont-elles mourir ?, éd. Mille et une Nuits, novembre 2007. Une enquête de 5 étudiants de Sciences Po sous la direction de leur professeur.


Et une ressouce Wiki pour bibliohécaires et documentalistes :

- Bibliopedia, expérimentation sur wiki, visant à regrouper des informations intéressant les bibliothécaires, documentalistes et archivistes francophones ;
soutenu par l’ADDNB (Association pour le Développement des Documents Numériques en Bibliothèques).

- Parmi les pages les plus actives, la liste des biblioblogs francophones et le Bibliobuzz (repérages d’actualités en partenariat avec le Bulletin des Bibliothèques de France)


Contact

ADAPT
46 av d’Ivry
75013 Paris



Tel : +33 1 40 632 830
Fax : +33 1 40 632 815
Mél : adapt@snes.edu
SIRET : 348 625 864 000 15

Agenda

<<

2017

 

<<

Octobre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois